DIEU A LE $IDA

par Órion Lalli

         Je suis Órion Lalli, né au Brésil en 1994, je suis artiste visuel, performeur, chercheur en arts du spectacle, acteur, fondateur et directeur du Grupo Tarto de Teatro (2013). J'ai commencé mon parcours dans le théâtre populaire à l'âge de 4 ans et depuis j’explore différents langages artistiques.

           

          Depuis 2018, je développe le projet documentaire "EM.COITROS - Rencontres érotiques d'un corps vivant avec le VIH", où je codifie les récits actuels et dénonce l'effacement des personnes LGBTQIAP+. Je dénonce aussi les discours qui s'oppose au financement public du traitement médical des personnes qui, comme moi, vivent avec le VIH . Je m'interroge sur comment cela interfère dans mon rôle d'artiste, qui réclame l'urgence de dialoguer sur les politiques publiques dans le domaine de l'art.

            Après avoir vu l'une des œuvres de cette recherche être censurée par deux députés conservateurs du Congrès national brésilien, j'ai dû répondre du crime de "diffamation religieuse" devant la justice brésilienne. J'ai reçu de nombreuses menaces de mort par la suite, qui se sont intensifiées après ma participation au webinaire "Speaking Truth to Power : Religious or Belief Minority Artists, Voice and Protest" à l'ONU. Aujourd'hui, j'ai été officiellement reconnu comme refugié politique par le gouvernement français.

WhatsApp Image 2021-12-20 at 06.18.19.jpeg

Oeuvre censurée - Todes es Santes renommée #JeNeSuisPasUneDépense

            Le VIH en tant que rite de passage, l’iconographie des rituels, et l'archétype de la religiosité constituent l'objet de ma recherche documentaire, où la matérialité du corps est l'un des sujets centraux. À partir de ce point de départ, des questions encore sans réponse se posent sur la manière dont le contrôle structurel du système restreint le droit à l'existence du corps public vivant avec le VIH ; sur comment l'évangélisation de l'espace public institutionnalise le contrôle sur les corps tout en partant d'un présupposé laïque  ;  sur la manière dont l'institution religieuse, aujourd'hui au Brésil, régit les décisions au-delà de la démocratie en plaçant son Dieu au-dessus de tout.

         Le récit proposé dans l'exposition DIEU A LE $IDA vous dérange-t-il ? 

          Faisons un exercice - Et si ce Dieu, qui est à notre image et notre ressemblance, était diagnostiqué positif au Covid-19, ou au diabète, à l'hypertension, au cancer ? Cette réflexion narrative vous dérangerait-elle encore ? Si ce n'est pas le cas, cela en dit beaucoup sur la façon dont le VIH/sida est perçu comme quelque chose de déplaisant, d'irrespectueux et d'inconfortable à aborder. 

 

Aujourd'hui les progrès pharmaceutiques sont si importants que la charge virale d'une personne vivant avec le VIH peut devenir "indétectable". Alors pourquoi la stigmatisation ne diminue-t-elle pas ? Pourquoi n'y a-t-il pas une "contamination de la connaissance" pour diminuer les préjugés ?  

J'offre aux visiteurs deux espaces :

          Le rez-de-chaussée accueille "DIEU A LE $IDA", une exposition hybride mêlant vidéos, installations et performances, réalisées au Brésil et en France, qui explorent le processus d'exil politique que je vis actuellement et les difficultés rencontrées par un corps pédé vivant avec le VIH dans le Brésil d'aujourd'hui, un pays de plus en plus intolérant, homophobe, transphobe, sérophobe, militarisé et rude.  

          L'étage au-dessus est utilisé pour poursuivre la création du spectacle documentaire Abattoir, qui sera présenté les 12/02 et 19/02.

Imagem2.jpg

ABATTOIR

         Abattoir est le remake du spectacle "Part-ir do Corpo", dans lequel je propose une immersion dans les problèmes sexuels rencontrés par mon corps et par les corps qui sont l'antithèse de l'hétérosexualité et de la cisgénéralité. J'y codifie des récits actuels et je dénonce l'effacement et la violence à l’encontre de la population LGBTQIAP+, ainsi que le suicide et le corps comme chair/objet.

Imagem6.jpg

          Un portrait du Brésil d'aujourd'hui où toutes les 46 secondes quelqu'un met fin à ses jours. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé en 2021, le suicide reste l'une des principales causes de décès dans le monde, représentant environ 700 mille personnes. Au Brésil, environ 12 mille personnes mettent fin à leurs jours chaque année, ce qui en fait la troisième cause de décès chez les personnes de 15 à 29 ans.

" Le cru, le nu, le dur érode la société hypocrite gavée de langage vain. Se corroder, c'est se casser. Orion, dans Abattoir, tue et broie, nu dans une innocence qui sourit, sournoise, défie, coupe la parole et le souffle. "

Bia Medeiros - en confinement, 2020.

"On tente de poétiser ces questions, mais la réalité cruelle à laquelle sont soumis ces corps avale la possibilité de la poésie. Lalli le sait en quelque sorte, et le débauche, comme un sadique. Mettant ainsi à nu un désespoir collectif, mais qui semble étouffé en chacun de nous.“

Rodolfo Lima 2019.

Imagem15.jpg
RÉSERVE TON TICKET POUR LE SPECTACLE ABATTOIR
L'entrée est gratuite, mais la sortie se paie à prix libre.
arrow&v

LA RESERVATION EST DANS VOTRE BOITE MAIL OU SPAM

          Est-il possible de se rendre disponible à la pensée artistique après avoir été historiquement et quotidiennement violenté par des préjugés revêtus du nom d'un Dieu, du conservatisme et des bonnes coutumes de la famille traditionnelle ?

SOMA  (55 Cr Julien, 13006 Marseille)

05/02/22 - 18h00 - Vernissage - DIEU A LE $IDA

12/02/22 - 20h30 - ABATTOIR - Spectacle documentaire.

19/02/22 - 20h30 - ABATTOIR - Spectacle documentaire.

20/02/22 - 11h00 - Brunch + table ronde CARTOGRAPHIE DE L'EXIL avec Órion Lalli et l’Atelier des Artistes en Exil.

*Pendant toute la durée de la résidence d'artiste, Órion Lalli propose une performance de longue durée dans l'espace d'exposition, en mettant son corps à disposition des visiteurs.

2.jpg
2.jpg
LINHAEMCOITROSPEBVERMELHO.png
  • Instagram

          Je tiens à remercier le partage artistique, à travers le poème "Dieu a le sida", de Marcos Visnadi, qui a également donné son nom à l'exposition.

 

 

 

Deus tem aids

Jesus no caminho
quanto sangra, Senhor, e balbucia
umas palavras em aramaico que se perdem
entre os estalos do chicote, os gritos de alívio do povo

língua santa no cangote de ninguém
dois mil anos Te aguardando e Tu não vens
guardo cada gole de saliva
na esperança de dar

de beber, sozinho, engulo
não tem oferta que Você venha buscar
paciência

conto as cópias de vírus no meu próprio sangue
balbucio em português outras palavras que se perdem
entre buzinas de automóveis, meu corpo produz líquidos

*

Por que
Te escondes
no papel-bíblia
nos perdigotos de pastores argutos

não tens artérias que jorrem
cravadas nos pregos que fácil
estar na eternidade imóvel e insensível
em madeira, pensamento e folhinhas de calendário

em pilates, salada e terapia
lençóis limpos dançando com o vento
as rugas do intestino e suas fezes

curas e cotidianos aceitáveis
listas de afazeres dois mil e dezessete
caminho, verdade, vida

*

Ele enxuga as lágrimas dos aflitos
com Seus beijos de lábios ressecados
meus dedos tocam Sua costela sob a fenda
e eu me resigno a tomar os comprimidos

Senhor, com que raiva
secaste a figueira que não tinha feito nada
e mandaste pros abismos da morte
aquela vara de porcos inocentes

agradeço o quanto posso
não ser árvore, não ser porco
à Tua imagem e semelhança

ter medo fome e orfandade
no mais profundo da minha subjetividade
merecer cada castigo aplicado com vontade

*

Entre atraques com rapazes babacas
entre amores de verdade e caras casados faz décadas
nos rabos um gosto de látex
que as mulheres não farejam

o Filho de Deus
um vírus manso
Pôncio Pilatos e Barrabás
renova Teu medo da morte

agradece
a companhia indiferente
os covardes que gaguejam e Te negam

é como qualquer outra coisa
essa esponja encharcada de vinagre
mata a sede e dá saúde até que acabe

Remerciements

- Nino Djerbir

- Tono Guimarães

- Ana Maria Haddad

- Diana Arévalo

- Ceci Noce

- Lira Ny

- Isadora Rinelli

- Marlene Superbie

- Edith Mailaender

- Sarah Gorog

- Pierre Blanchard

- Mathieu Aplomb

- Julien Tribout

- Damien Elma

- Marion Di Majo

- Sonia

- Maria De La Vega

- Breno Ângelo

- Nicolas Stolypine

- Rémy Sadassivame

- Muriel Bourdeau

- Arina Sidorova